Pourquoi la X card est l’opposé d’un jeu de rôles

La particularité du jeu de rôle, son essence et la raison pour laquelle il existe, est de plonger un individu dans un monde imaginaire.

L’architecture de ce monde est soutenue par un pacte de fiction, (un article détaillé sur le sujet sera réalisé plus tard), et la cohérence de l’univers permet d’y établir une histoire et faire évoluer les personnages.

Le maître du jeu incarne cet univers et ses personnages dits non joueurs auprès des personnages joués par les aventuriers.

Il existe une pléthore d’univers jouables : de Mon Petit Poney à la Grèce mythologique d’Oikoumene en passant par l’ultra futurisme de Eclipse Phase…. La liste disponible sur le site du Grog donne un aperçu de la quantité de jeux possibles.

Chaque joueur est libre de prendre place ou non autour d’une table de jeu, ou de ne pas le faire, de la même manière que chacun est libre de jouer à un jeu vidéo, de regarder une série ou de lire un livre. A cette différence près que le joueur de jeu de rôles peut influer dans une certaine mesure sur le déroulement et l’issue de l’histoire.

Il n’a en revanche pas la mainmise sur les codes et tabous de l’univers ; c’est précisément ce qui fait la saveur d’un jeu. À quoi bon jouer à Warhammer 40k, si ce n’est pour réciter le codex de l’Empereur Dieu et chasser des hérétiques ?

Et à l’inverse, c’est une mauvaise idée de jouer à Patient 13 si on est phobique des asiles psychiatriques.

La X-Card, un système inventé par John Stavropoulos, permet à tout joueur, à tout moment, d’annuler sans explication un événement que le joueur, et non son personnage en jeu, trouve gênant.

Lu sur le blog d’une rôliste pro X-Card “Et quand [ça prend un T, mon petit] à celui des joueurs ou du MJ qui me dit qu’il en a rien à fiche et que cela ne sert à rien : mec, t’es juste égoïste et con… il serait temps que tu marches dans les chaussures des autres, un peu…” Oui, c’est le principe du JdR : marcher dans les chaussures d’autres, d’un millier d’existences n’ayant rien à voir avec la sienne, et d’être capable d’incarner ce qui n’est pas soi même.

Combien de rôlistes ont commencé le jeu en balbutiant, n’ayant pas l’habitude de prendre la parole en public ? S’il n’y avait pas eu le jeu, beaucoup de geeks auraient eu des problèmes de socialisation bien plus importants.

Debunk point par point

La X-Card suspend la dissociation entre le joueur et le personnage

Le joueur transfère ses problèmes sur le personnage artificiel créé. Cela crée une situation de “métagame”, très peu appréciée. Ce mélange entre réel et imaginaire est en soi malsain, mais en plus provoque les phénomènes de confusion de genre, de dissociation de la personnalité (mon nouveau pronom sera iel/cellui/Dark Lord/YourMajesty)

La X-card suspend les règles de l’univers de jeu pour les remplacer par celles des joueurs.

Le but d’un univers de JdR est de sortir de notre monde pour se découvrir dans un autre univers, qui répond à d’autres lois. Pas d’importer son mode de pensée dans des vaisseaux spatiaux ou des palais enchantés.

La X-Card n’empêche pas les traumas présents chez les joueurs de se reproduire dans la vraie vie ; en revanche elle l’empêche de réaliser une catharsis.

Si vous vous êtes fait agresser dans la vraie vie, le traumatisme peut rester présent. Consultez, et prenez votre revanche en jeu. Pour peut être la prendre un jour dans la vraie vie.

La X-Card empêche les autres joueurs de vivre leurs propres expériences, en instaurant des nouveaux tabous qui n’ont rien à voir avec l’univers.

Si un joueur ne supporte pas les scènes de violence et sort la X-Card lorsqu’un autre personnage se fait agresser, il empêche ce joueur d’avoir accès à sa propre expérience ludique

La X-Card casse le “contrat social” entre les joueurs

Impossible de se mettre tous ensemble dans une histoire collective sans se faire arrêter par les tabous d’un joueur qui s’invente une vulnérabilité et s’est clairement trompé d’univers de jeu.

La X-Card est une objectivation de l’humain

Pas besoin de sifflet de secours quand on peut juste parler ! Le Jeu de rôle reste un loisir d’interaction, basé sur les rapports humains. De la même manière que pour toute autre situation sociale, un petit dialogue de trente secondes fera beaucoup plus de bien qu’un lâche et vague pointage de doigt sur une carte.

MJ “ - On va jouer des malades mentaux dans un hôpital psychiatrique de Patient 13.
Il risque d’y avoir du gore et des épisodes de folies.
Joueur : “ Rien de trop sexuel ?”
MJ “- A priori non, je veillerai à ne pas en mettre si ça te gêne”
Joueur “- Ok merci”
MJ “- Pas de soucis”

La X-Card déresponsabilise le joueur

De la même manière que l’on peut lire la 4ème de couverture d’un livre pour éviter les sujets qui nous déplaisent, ou que l’on peut regarder les pictogrammes sur la jaquette d’un jeu vidéo pour être sûr que ça corresponde à notre sensibilité, on peut sans problème évaluer le niveau de risque potentiel auquel on s’expose dans l’expérience ludique.

MJ “ - On va jouer des malades mentaux dans un hôpital psychiatrique de Patient 13. 
Il risque d’y avoir du gore et des épisodes de folies.
Joueur : “ Rien de trop sexuel ?”
MJ “- Il y en aura, on est sur un scénar qui implique beaucoup de folies psychiatriques.
Mais tu pourras nous rejoindre au prochain épisode si tu préfères éviter !”
Joueur “- Ok faisons comme ça”
MJ “- Pas de soucis”
La X-Card n’invente rien en permettant au joueur de s’absoudre de justification

Vous voulez qu’on reprenne encore le dialogue ?

Lorsqu’un MJ voit un de ses joueurs mal à l’aise, il ne va pas lui demander de raconter en détail la raison pour laquelle cela se produit.

La X-Card passe à côté du principe de la vraie vie… Et du JdR

La X-Card relève du même principe que le safe space : les joueurs s’extraient du principe de réalité, et restent entre personnes qui ont les mêmes valeurs et les mêmes envies qu’eux mêmes. Le JdR N’EST PAS un groupe de thérapie, ni un endroit pour uniquement se sentir bien, comme la vie : c’est un endroit pour s’améliorer, s’accomplir, devenir plus grand ensemble.

2 commentaires

  1. Mais tu n’as rien compris ! La X-Card est là pour rassurer les gens fragiles : sa seule présence sur la table suffit pour qu’on ait pas besoin de s’en servir ! Non sérieusement, je pense que la X-Card ne sert qu’à une seule chose : elle permet à celui ou celle qui en propose l’utilisation d’envoyer un message subliminal aux autres, et ce message c’est : « Regardez comme je suis quelqu’un de bien. »

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.